calamart galerie urbaine

Katarina
Boselli

Petite elle veut être peintre pour dessiner les chemins de la liberté sur de grandes toiles tissées et joallière pour les piquer de fils d’or. Elle veut être dessinatrice-couturière--bijoutière-exploratrice et parcourir le monde. Née à Genève, bonne élève mais mal programmée pour le système scolaire, elle quitte le collège après 2 ans passés en section artistique et effectue des études de graphisme. Elle travaille durant quelques années dans diverses agences de communication et d’édition puis choisi le chemin plus chaotique mais plus libre d’un statut d’indépendante tout en réalisant son travail artistique parallèlement.
L’esprit libre et curieux, à vouloir panser les plaies du monde, l’artiste vacille entre les abysses obscures de son âme et la danse du soleil, explore les fêlures dans un regard ou sur un mur et tente d’harmoniser ses ambivalences dans ses images, caractérisant son travail par des compositions photographiques qu’elle transfère par collage sur des toiles ou qui sont imprimées en laboratoire sur support d’art. Les arts plastiques étant multiples, ses envies l’entraînent également dans la peinture, les essais de matières, la vidéo...

Game over vs play

Techniques mixtes